Psychose & Etats-Limite

PSYCHOSE & ETATS-LIMITE

L’actuel DEA "Psychoses et états-limite" deviendra une option au sein du Master Recherche Psychologie, mention "Psychopathologie et psychanalyse" dans le cadre de la Recherche en psychanalyse.

1. Objectifs scientifiques
Les psychoses et les états-limites sont des affections psycho-pathologiques étudiées dans plusieurs champs de recherche : psychanalyse, psychiatrie, psychopharmacologie, génétique notamment. L’évolution récente des connaissances à cet égard rend nécessaire une approche interdisciplinaire qui permette une confrontation des modèles, des objets et des méthodes. Une telle approche permettrait de poser les bases d’un pluralisme psychopathologique écarté par le pragmatisme psychiatrique et de resituer la place de la psychanalyse à cet égard.

De même, la mise en perspective historique du devenir des notions de la nosographie et des modifications, tant de l’approche clinique que des prises en charge psychothérapiques, peut permettre une réflexion féconde sur le débat actuel entre psychanalyse et psychiatrie, concerné dans une large dimension par les processus de soin relatifs aux psychoses et aux états-limites.

L’étude théorico-clinique de ces notions doit ouvrir sur une réflexion plus générale (statut du symptôme, transformations des affections psychopathologiques, fonction de la parole, guérison, etc...) et sur un questionnement auquel l’évolution actuelle nous confronte (action du médicament, imagerie médicale, prises en charge multifocales, génétique clinique/champ psychothérapique, etc.).

Enfin, les recherches sur les psychoses et les états-limites sont susceptibles d’éclairer les perturbations actuelles du lien social : de nombreux sujets en situation de déshérence et de crise sociale (adolescents violents, adultes menacés par l’exclusion sociale, sujets traumatisés par des désorganisations familiales, des migrations et des conflits socio-politiques) traduisent en effet, par une symptomatologie cas-limite et psychotique (délinquance, psychopathie, toxicomanie, alcoolisme, états dépressifs graves, recours à l’agir et au délire) leur propre déliaison psychique. Une meilleure connaissance de ces phénomènes et mécanismes peut contribuer aux nécessaires prises en charge, bien sûr médico-psychologiques, mais aussi sociétales.

Nous nous proposons de reproblématiser l’ensemble de la réflexion psychanalytique sur le diagnostic en psychopathologie à partir d’une prise en considération de la spécificité des processus d’adolescence ainsi qu’à partir d’une mise en perspective de la complexité des relations entre enfance, adolescence et âge adulte. A partir de l’apport des théories classiques sur la psychose et les états-limites, il s’agit d’envisager des problématiques plus précises : autisme et dysharmonies d’évolution de l’enfance, pathologies de l’agir et perversions, distinction entre fonctionnements limites et cas limites comme organisations stabilisées, distinction entre structure psychotique et mouvements ou moments psychotiques.

2. Objectifs pédagogique
Le DEA est centré sur les psychoses et les états-limites. Il est encadré par les deux équipes "Interactions de la psychanalyse" et "Recherches sur l’adolescence" ce qui dessine son champ : approfondir les connaissances concernant les psychoses et les états-limites dans un contexte de pluralisme (psychanalyse, psychiatrie, psycho-pharmacologie, génétique, anthropologie clinique et sciences humaines) où l’adolescence constitue un modèle symptomatologique à côté de la poursuite des recherches sur les pathologies de l’enfant et de l’adulte.

- Les étudiants seront invités de même, notamment au niveau du choix de leur sujet de mémoire, à inclure dans leur réflexion les apports de la littérature, de l’art et de l’anthropologie, comme supports d’analyse à côté des cas cliniques. Ils auront à faire la preuve de leur capacité à établir un dialogue entre théorie et clinique, à définir la problématique d’une présentation, à maîtriser l’écriture du cas et à débattre sur le plan théorique en incluant la dimension historique.

3. Objectifs professionnels :

- Le DEA constitue la première année de la thèse de Doctorat en psychanalyse et psychopathologie (accès à la recherche et à l’enseignement universitaire).

- A l’issue d’une maîtrise en psychologie clinique, le DEA, accompagné d’un stage clinique supervisé, offre la possibilité de l’accès au diplôme professionnel de psychologue clinicien. Les lieux de stage et d’exercice professionnel ultérieur sont nombreux, dans les centres de soins pour enfants, adolescents, adultes (hôpitaux psychiatriques, CMPP, etc.) ainsi que dans les nouveaux champs d’intervention définis par la crise du lien social (intervention auprès d’adolescents déviants, d’adultes en situation d’exclusion, de sujets ayant subis des traumatismes).

- Complément de formation pour les titulaires d’un diplôme professionnel de médecin spécialisé en psychiatrie.

- Dans la mesure où les objectifs de ce DEA concernent également la clinique du lien social, il permet d’offrir un complément de formation pour des professionnels relevant de diverses disciplines(médecine, anthropologie, linguistique, pédagogie par exemple), en particulier vis-à-vis de l’approche psycho-pathologique des déviances. Ce complément de formation ne donne toutefois pas accès à un diplôme professionnel, mais ajoute une dimension de réflexion psycho-pathologique au champ considéré.